Mercredi dernier, le film Coco Chanel et Igor Stravinsky du réalisateur Jan Kounen sortait dans toutes les salles de cinéma, 9 mois après le film d'Anne Fontaine Coco avant Chanel.
Une occasion idéale pour parler des rapports qu'entretient la maison Chanel avec le cinéma, et en particulier dans sa publicité!

coco_chanel_igor_stravinsky_affiche.jpg  CocoAvantChanelG.jpg


Comme toute bonne marque de luxe qui se respecte, Chanel fait bien évidemment appel de manière récurrente à des actrices pour qu'elles deviennent les égéries de ses produits, notamment de ses parfums.
Carole Bouquet, Catherine Deneuve, Audrey Tautou pour le n°5 ,  Keira Knightley pour Coco Mademoiselle, de nombreuses actrices ont été l'égérie des produits Chanel.
Celà relève de la "start strategy" classique c'est à dire d'une volonté pour la marque d'associer son produit aux valeurs, au style et à la personnalité de celui ou celle qu'elle choisit.

Mais là où la publicité commence à devenir intéressante et amusante, c'est à partir du moment où elle offre plus que cette simple association d'images.  Je veux parler des spots publicitaires, véritables courts-métrages que la marque propose réguliérement.
Le concept ? Un réalisateur connu, si possible avec une actualité cinématographique c'est-à-dire un film qui sort ou qui va sortir, des références plus ou moins explicites à son univers, son "actrice du moment" et le tour est joué !

Voilà une petite sélection de ces spots publicitaires de la maison Chanel !


Le petit Chaperon Rouge  par Luc Besson en 1998 (tout juste un an après la sortie du Cinquième Elément )


Nicole Kidman en 2004 dans un spot de Baz Luhrmann, le réalisateur de Moulin Rouge


Keira Knightley en 2008 par le réalisateur Joe Wright. On retrouve K. Knightley dans ses films Orgueils et Préjugés (2005) et Reviens moi (2007).


Et tout récemment on peut retrouver Audrey Tautou dans le spot de Jean Pierre Jeunet ( Amélie Poulain , Un long Dimanche de Fiançailles). De nombreuses prises de vue rappelent d'ailleurs Amélie Poulain !

Mais définitivement, mon préféré reste celui de Luc Besson !
Retour à l'accueil